Retour au blogue

Une mosaïque de culture

Une mosaïque de culture

 

Lorsqu’on visite une ville telle Shanghai, on se dit que tout pourrait être possible sans se donner de limites à nos rêves ou à nos objectifs les plus ambitieux qu’ils soient. Depuis mon arrivée à cette destination, je n’ai pas cessé de me dire que toute ville peut toujours se développer et s’améliorer parce que pendant mon séjour, j’ai remarqué que Shanghai a eu une évolution phénoménale grâce à la volonté de toujours innover davantage et surtout que la main d’œuvre y joue un rôle primordial. Peu importe ce que je dise sur cette ville, ce ne serait pas suffisant pour couvrir tous ses succès.

En premier lieu, nous avons visité l’université de Shanghai, qui détenait d’un grand campus, qui accueille de nombreux étudiants internationaux chaque année, des quatre coins du monde. Dans ce dernier, se trouvent des terrains sportifs et parcs de grandes surfaces. Nous avions aussi rencontré des étudiants afin d’échanger avec eux. Juste après, nous avions eu une rencontre avec la Fédération des femmes à Shanghai, qui est une organisation qui contribue au développement de la femme et de son enfant. La présidente de cette ultime avait affirmé que la Chine est un des pays qui valorise plus la place de la femme dans la société tout en la mettant à la même place que l’homme, ce qui n’est pas le cas au Japon où on trouve moins de femmes dans les conseils d’administrations qu’en Chine. Par exemple, le PDG de BMO à Shanghai est une femme, comme l’a dit la directrice de la Chambre de Commerce Canadienne en Chine.

Au niveau de l’environnement, à Shanghai, on essaie toujours de réduire les impacts négatifs qu’a provoqué la pollution pendant ces dernières années, donc on a pu prendre quelques mesures. Par exemple, pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement avait décidé d’augmenter le prix de l’immatriculation. Par conséquent, ce sont seulement les personnes riches qui peuvent se procurer un véhicule. De plus, il s’agit aussi d’une façon de faire afin de persuader les gens de prendre le transport en commun surtout que la ville à le privilège d’avoir des autobus électriques ainsi que des stations de métro qui se trouvent partout.

Par la suite, nous avions visité le Musée de l’urbanisme, qui était très fascinant dans le sens où la ville exposait ses projets d’avenir qui vont jusqu’en 2040, même si elle a a évolué dans une durée très courte par rapport aux autres villes développées. C’est une région qui avance au fil du temps tout en gardant sa culture, car le peuple chinois voit l’ampleur de toujours garder un lien entre leur histoire et le futur. 

Au niveau économique, nous avions eu la chance d’avoir plusieurs rencontres, d’entre elles était avec Canada China Business Council (CCBC) qui se charge de la consultation des entrepreneurs qui voudrait créer une Start-up canadienne en Chine, afin d’enrichir l’économie chinoise, ce qui impliquera bien sûr une création d’emploi. Le conseiller qui nous a accueilli avait affirmé que la Chine a pu avoir des profits rapidement, a pu devenir riche dans une période très courte par rapport aux autres pays voisins, vu que les entreprises chinoises savent comment contrôler leurs potentiels et bien gérer leurs budgets.

Pendant une rencontre avec le directeur de Saimen, ce dernier a mentionné que le peuple chinois préfère produire rapidement sur le court terme car il est impatient de voir enfin le développement. Il a dit aussi que l’immigration se considère aussi un facteur d’une grande importance afin d’améliorer l’économie de la Chine puisque chaque individu d’un horizon différent apporte avec lui une certaine expertise, et si on réunie toutes ces compétences, on aura un pays plus fort.

Au niveau culturel, nous avions eu plusieurs repas traditionnels comme d’autres avec de différents groupes de personnes, où se trouve de nombreux plats chinois. Dans ce genre de repas, on ressent une énergie positive et chaleureuse car c’est une façon de valoriser le partage, l’échange ainsi que la communication entre les individus autours de la table.

En outre, lorsqu’on visite le centre ville, on remarque tout de suite cet équilibre entre les grands bâtiments et les espaces verts qui permettent à la population de toujours avoir un lien fort avec la nature.

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs