Retour au blogue

Shanghai: ville au caractère culturel fort !

Shanghai: ville au caractère culturel fort !

Le projet #Jeunesse375MTL m’a permis de vivre une expérience enrichissante à Shanghai. Une mission exploratoire qui avait pour objectif premier « d’aller à la rencontre d’organisations et d’individus inspirants [...] afin de ramener de bonnes pratiques à Montréal ». Je peux, d’ores et déjà, dire que c’est mission accomplie. En marge du prochain Sommet #Jeunesse375Mtl, j’affirme avoir la tête pleine d’idées novatrices pour Montréal.

 

crédit photo: teams

Dans la suite de ce document, il sera question de vous présenter mes observations pour faire suite à mon passage en Chine. Dans un premier temps, je vais vous présenter les grandes lignes de ma mission à Shanghai. Nous passerons à travers 3 thèmes : l’éducation, l’urbanisme et l’économie. Dans un deuxième temps, je vais comparer les villes de Shanghai et Montréal afin d’illustrer le fait que ces deux villes sont comparables à bien des niveaux. Dans un troisième et dernier temps, je partagerai mes recommandations pour Montréal.

Mission exploratoire : De LaSalle à Shanghai !

Le jeune LaSallois que je suis était loin de se douter qu’il allait rencontrer des personnes inspirantes à 15 heures de vol de chez lui. J’ai rencontré deux personnes inspirantes qui viennent du Québec : l’une d’Amos et l’autre de Chicoutimi Nord.

Helene Larochelle, originaire d’Amos en Abitibi, est actuellement la Directrice générale de la Chambre de Commerce du Canada à Shanghai (Cancham). L’importance de mettre en place des structures économiques afin de créer de la richesse dans les communautés était un sujet phare de notre entretien avec celle qui est responsable de la Cancham. À cet effet, madame Larochelle nous a présenté le rôle d’intermédiaire que joue son organisation entre le Canada et la Chine. La Cancham « est un organisme à but non lucratif indépendant qui soutient les intérêts économiques et communautaires canadiens dans l’est de la Chine ». Cet outil représente une plus-value pour plusieurs entrepreneurs canadiens qui désirent s’établir en Chine. En l’occurrence, la Cancham agit auprès de 200 membres corporatifs, 600 membres actifs. Cette organisation met en branle près 60 à 80 évènements chaque année. Vous comprenez que cette chambre de commerce est un outil de réseautage important pour les Canadiens expatriés à Shanghai.

Stéphanie Vallée, originaire de Chicoutimi Nord au Saguenay, est actuellement consultante de haut calibre en Chine. La Saguenéenne au parcours atypique s’est très rapidement imposée à Shanghai comme étant la référence en communication et comme coach en leadership. Son audace et sa résilience lui ont permis d’ouvrir plusieurs portes et de se tailler une place dans le monde des affaires chinois. Elle accumule les succès depuis son arrivée en Asie.

En effet, en 2012, les autorités chinoises lui demandent d’assumer le rôle d’ambassadrice culturelle des Jeux olympiques de la jeunesse d’été à Nanjing. Artiste accomplie, elle a aussi eu l’occasion d’exposer ses œuvres au M50, un quartier d’artistes à Shanghai que j’ai eu la chance de visiter durant mon séjour. Cet espace artistique s’étant sur une superficie de près de 24 000 mètres carré. Vous pouvez déambuler gratuitement à travers plusieurs bâtiments industriels afin de découvrir des œuvres artistiques de différents styles. D’ailleurs, je crois profondément qu’un quartier inspiré du M50 devrait voir le jour à Montréal. Des cabinets de design et d’architectures œuvrent aussi dans cet espace. 

 

M50, Shanghai

 

Éducation et Urbanisme : Des enjeux d’avenirs !

Toujours dans le cadre de ma mission à Shanghai, nous avons eu la chance de passer la journée avec des étudiants chinois sur le campus « Fengxiang » de l’Université Normal de Shanghai. Une journée culturelle enrichissante qui m’a permis de créer des liens avec plusieurs jeunes étudiants chinois. Lors de cette visite, j’ai réalisé que ces étudiants avaient un attachement profond pour leur école. Nous avons fait le tour des lieux. En passant par la Maison internationale, la bibliothèque, les différents pavillons et le musée de l’université sur le campus. Un musée, vous avez bien lu. J’ai trouvé que cet outil est d’une importance capitale dans la mesure où elle crée un sentiment d’appartenance par rapport à l’école chez les étudiants. Ma surprise ne s’est pas arrêtée à ce moment-là. Un peu plus tard dans la journée, je me suis rendu compte de l’importance de mettre des infrastructures adaptées à proximité de l’école. Je m’explique. La ville de Shanghai a mis en place des parcs à proximité de cette université. Ainsi, dans leurs temps libres, les étudiants peuvent déambuler dans les espaces verts situés près de leur école. Le campus constitue manifestement un quartier, une petite cité avec des infrastructures d’appoints. À ce moment, je me suis rendu compte d’un point qui caractérise Shanghai : l’urbanisme. L’architecture de cette ville a de quoi rendre plusieurs autres villes jalouses. Pour faire une image, je m’amuse maintenant à dire que Shanghai : « c’est comme Paris, New York et Londres en BIG ».

 

Musée de l’urbanisme

 

Durant ma mission, j’ai eu la chance de visiter plusieurs musées, dont deux qui m’ont spécialement marquée : le Musée de l’urbanisme de Shanghai et le « Shanghai Municipal History Museum ». Ces musées se complètent puisque l’un propose l’évolution de la ville en matière architecturale et l’autre présente les habitants de la ville au fil du temps.

Sans l’ombre d’un doute, je peux affirmer que ces deux musées sont des outils efficaces pour comprendre l’évolution de cette ville qui a grandi très rapidement. Au moyen de ces deux outils, tant les touristes que les shanghaiens s’attachent très rapidement à cette ville. Le musée de l’urbanisme propose aux clients l’historique de la construction de la ville aux moyens de maquettes interactives par exemple. Shanghai s’est doté d’un plan d’urbanisme pour les 40 prochaines années. Fait intéressant : la majorité des hommes politiques sont avant tout des ingénieurs. Shanghai est une ville qui bouge. Nous avons aussi visité un musée avec une architecture unique : le Shanghai Art Museum.

 

Shanghai Art Museum

 

En plus de proposer une architecture unique, ce musée propose une sélection d’œuvres chinoises de haute qualité. Les visiteurs peuvent en apprendre énormément sur la culture chinoise. En plus, l’accès au musée est complètement gratuit pour tous les visiteurs. La culture occupe un grand espace à Shanghai.

 

 

Durant le séjour, nous avons eu l’honneur de rencontrer, monsieur Reafer Wallis, un architecte québécois qui se démarque au niveau de l’urbanisme en Asie. Monsieur Wallis est de toute évidence une sommité dans son domaine. Son regard sur l’urbanisme est très avant-gardiste. Après plusieurs conversations avec lui, je me suis rendu compte de l’importance accordée aux bâtiments à Shanghai. 

 

crédit photo: Aplha Coders

 

Cela dit, rien n’est impossible pour Montréal. Shanghai s’est doté des meilleurs dans le monde de l’urbanisme. La ville rayonne par son caractère futuriste au niveau de l’architecture municipale. Vous n’avez qu’à marcher le long du « Bund » le soir pour vous en rendre compte. Un peu comme Montréal, Shanghai propose une dualité au niveau architecturale. On peut retrouver un mélange entre des gratte-ciels et des bâtiments plus anciens. 

 

 

Shanghai et Montréal : deux villes sœurs !

Shanghai et Montréal sont deux villes qui offrent une fracture artistique et culturelle très intéressante. Les deux villes offrent une diversité au niveau des arts. Les deux ont une densité impressionnante. À la lumière de mon expérience à Shanghai, je considère que Montréal devrait mettre en places des structures afin d’encourager les jeunes montréalais à se lancer en affaire. L’économie chez les jeunes représente, à mon avis, un enjeu important. À titre d’exemple, la ville pourrait libérer des espaces afin de mettre en place des incubateurs afin d’encourager la naissance d’entreprises locales, et ce, dans une optique de créer de la richesse dans les quartiers montréalais. Aussi, à la manière de Shanghai, Montréal pourrait encourager la mise en place de musées visant à présenter l’évolution de la ville à travers le temps. Des espaces qui présenteraient par exemple les grandes figures marquantes de Montréal. Cet outil offrirait une carte de visite de Montréal aux touristes et aux Montréalais. Je crois fermement à l’importance d’avoir un musée municipal. Un tel outil encouragerait le développement d’un sentiment d’appartenance à la ville chez les plus jeunes. 

Montréal devrait démocratiser les arts chez les jeunes. Encourager des partenariats avec les commerces, les entreprises montréalaises, les musées afin d’offrir aux jeunes montréalais des avantages uniques (ex. : plus de rabais dans les commerces ou musées pour les jeunes montréalais aux moyens d’une carte municipale). Ces mesures auront pour effet de développer chez les jeunes montréalais un sentiment d’appartenance plus fort à leur ville. Dans une autre mesure, je pense tout comme Shanghai, Montréal devrait se doter d’un plan d’aménagement et d’urbanisme sur une longue durée. Cette mesure mettrait le développement de la ville à l’abri des limitations en lien avec la durée des mandats politiques. Le quartier de l’innovation qui va voir le jour à Montréal caractérise à bien des égards le genre d’initiatives à mettre de l’avant à Montréal. 

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs