Retour au blogue

Rencontre avec des jeunes d’Ahuntsic-Cartierville : Bixi et espaces verts !

Rencontre avec des jeunes d’Ahuntsic-Cartierville : Bixi et espaces verts !

Le 22 mars dernier, j’ai eu le plaisir de tenir ma première consultation jeunesse dans mon école secondaire, soit l’école Évangeline. J’ai rencontré un petit groupe de 8 jeunes filles âgés entre 13 et 18 ans afin de discuter de notre arrondissement et de notre ville.

Nous avons commencé en tentant de décrire Montréal en un seul mot : « chaleureuse », « diversité », « multiculturelle », « accueillante » et « décorée » sont les mots qui sont ressortis. Toutes étaient unanimes : elles aiment leur ville et leur arrondissement et se sentent heureuses et choyées d’y habiter.

Tout de même, quelques points à améliorer sont ressortis de nos discussions, les transports étant le point principal. Plus d’autobus, plus souvent à l’heure : c’est la première demande qui a été faite ! Aussi, plus de pistes cyclables et surtout des Bixis ! Il est étonnant de constater qu’il n’y en a pas dans le quartier, et les filles voyaient, avec raison, plusieurs bienfaits que l’instauration de stations de Bixi apporteraient.

En parlant de Montréal, les filles s’entendaient pour dire qu’elles trouvent que leur ville est dynamique et regorge d’activités. Or, en parlant de l’arrondissement, l’énergie n’était pas la même. Elles ont expliqué qu’elles trouvent que les espaces verts sont surtout adaptés aux jeunes enfants, et que les jeunes adolescents comme elles n’ont pas d’aménagements extérieurs où passer du temps lors des plus belles journées. Elles ont entre autres demandé à ce que les zones non-fumeurs soient respectés dans les parcs, qu’il y d’avantages d’espaces verts destinés aux jeunes et des activités gratuites organisées en plein air pour inciter les jeunes à bouger et à profiter des espaces de leur arrondissement. Elles proposaient des activités comme de la zumba dans les parcs, ou de la danse parents-enfants !

Elles ont aussi manifesté l’intérêt d’avoir un espace pour parler entre filles des enjeux qui les préoccupent. Elles reconnaissent et saluent le fait qu’il existe deux maisons des jeunes à Ahunstic-Cartierville, mais déplore le fait que ce soit majoritairement des garçons qui les fréquentent et qu’elles ne se sentent pas à l’aise d’y aller.

Bref, cette première rencontre a été fructueuse et a permis de constater les préoccupations des jeunes de l’arrondissement, et surtout de réaliser que, somme toute, ils aiment particulièrement leur quartier et y ont un grand sentiment d’appartenance.

 

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs