Retour au blogue

La Dauversière : des jeunes allumés !

La Dauversière : des jeunes allumés !

Les 23 et 24 mars dernier, j’ai été à l’école secondaire La Dauversière dans le cadre de mes deuxième et troisième consultations jeunesse et j’ai ainsi pu rencontrer des jeunes âgés entre 13 et 15 ans afin de savoir ce qu’ils pensent de leur arrondissement et de leur ville.

Les jeunes que j’ai eu la chance de rencontrer m’ont impressionné de par leur vivacité d’esprit et leur amour pour leur arrondissement et leur ville. Cet amour se traduit naturellement par un désir profond de les voir s’améliorer afin qu’elles rayonnent au plan international et développent leur plein potentiel.

Parmi les sujets mentionnés, comme lors de mon passage à l’école Évangeline, les jeunes m’ont parlé à nouveau des activités extérieures : pas assez de parcs, pas assez de piscines publiques, pas d’espaces verts adaptés aux jeunes adolescents, pas d’activités extérieures gratuites auxquelles les jeunes pourraient participer. Les jeunes ont également souligné que ces activités extérieures pourraient être organisées par les écoles, ou encore promues par les écoles afin d’encourager les jeunes à y participer, ou du moins les informer de leur existence.

Un nouvel élément que les jeunes de La Dauversière ont fait ressortir est l’état des bibliothèques du quartier. Sans toutefois penser que d’avoir davantage de bibliothèques est une nécessité, il semble plus que clair que les bibliothèques ne sont pas au goût du jour et, surtout, qu’elles ne contiennent pas assez de livres ! En plus du manque de livres, le manque d’ordinateurs a été souligné par les jeunes ainsi que les heures d’ouverture des bibliothèques, qui laisse aux jeunes peu de temps pour y aller après l’école.

Les Bixis, absents de l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, ont encore une fois été sur la table et les jeunes ont également manifesté des préoccupations face aux pistes cyclables du quartier, qu’ils ne jugeaient pas assez sécuritaires. Dans le thème des transports, il a aussi été soulevé que le coût des passes d’autobus étaient trop élevés. Les élèves ont aussi proposé qu’il y ait davantage d’autobus qui circulent aux heures où les cours commencent et finissent, surtout pour les lignes 179 et 180, qui sont souvent plus que pleines étant les lignes principalement utilisées par les élèves de l’école.

Bref, les échanges avec les jeunes de La Dauversière ont été riches et fructueux et ça a été un réel plaisir de les entendre se prononcer sur les enjeux qui les préoccupent au sein de leur ville.

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs