Retour au blogue

Donner la parole aux jeunes montréalais et montréalaises âgés entre 18 et 30 ans

Donner la parole aux jeunes montréalais et montréalaises âgés entre 18 et 30 ans

Le 2 mars dernier, j'ai tenu une première consultation à la Caserne 18-30 du quartier Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. J'ai consulté des jeunes âgés entre 18 et 30 ans qui fréquentent la Caserne pour prendre part à des ateliers de cirque ou qui ont participé au programme TEVA (Transition école à la vie active). Ceux qui ont suivi le programme TEVA sont des jeunes en situation de handicap physique.

Je me suis présentée et j’ai décrit mon mandat au projet #Jeunesse375Mtl.

Sous forme de table ronde, notre discussion a porté sur plusieurs enjeux: les logements adaptés, l’accessibilité des transports en commun et des lieux publics, l’agriculture urbaine, l’itinérance et le racisme.

Voici quelques propos tenus par les participants :

Quels sont les enjeux qui vous interpellent le plus et pourquoi?

  • Elizabeth : « Il n’y a pas assez de logements adaptés pour combler les besoins des personnes à mobilité réduite. […] La plupart des stations de métro n’ont pas d’ascenseurs et les trottoirs ne sont pas à niveau ici. […] Plus d’efforts devraient être déployés pour intégrer les personnes en situation de handicap dans la société en leur facilitant l’accès à l’emploi par exemple. […] Des applications devraient être développées. »
  • Khadidja : « Une application existe à Toronto qui permet de savoir quels sont les lieux adaptés à proximité. »
  • Simon : « Ce serait bien s’il y avait une campagne d’éducation/de sensibilisation portant sur les personnes en situation de handicap. »
  • Amina : « Beaucoup d’argent est investi dans la technologique, mais malheureusement les personnes en situation de handicap sont laissées pour compte et n’en bénéficient pas nécessairement. […] Un autre point que je voudrais soulever est l’agriculture urbaine. Nous avons plusieurs beaux parcs, mais très peu de jardins communautaires. »
  • Khadidja : « Il y a énormément d’itinérants laissés à eux-mêmes. Nous devrions mettre en place davantage de ressources et d’aides gouvernementales pour leur venir en aide. […] De plus, l’accessibilité des lieux pour les personnes à mobilité réduite laisse à désirer, particulièrement au centre-ville et au Vieux-Port. […] Bien que le racisme ait toujours été présent, celui envers les musulmans est en croissance. Ces dernières semaines, les musulmans ont été victimes d’un acte terroriste. Nous devrions contrer l’islamophobie. […] Circuler à Montréal est pénible! C’est grandement dû aux nombreux travaux routiers. »

Qu’est-ce qui vous rend le plus fier de votre ville?

  • Simon : « On est choyé à Montréal, il y a toujours des festivals ou des évènements qui attirent notre intérêt. »
  • Elizabeth : « L’été, il y a toujours quelque chose à faire! […] Côté sport, nos équipes sont prestigieuses et nous rendent fiers de notre ville. »
  • Dominic : « La diversité ethnique, la diversité culturelle (restaurants), la diversité religieuse (différents lieux de culte). Montréal est une ville relativement unique. »
  • Amina : « Montréal est une grande ville qui compte beaucoup d’espaces verts, j’aimerais qu’ils soient davantage exploités. »

Y a-t-il une autre grande ville qui vous inspire? Qu’aimeriez-vous importer de cette ville à Montréal?

  • Khadidja : « J’ai beaucoup aimé Londres! Bien que nous ayons une grande diversité culturelle ici, là-bas elle est encore plus présente et visible. Par exemple, on voit souvent des hommes avec un turban sikhs en position d’autorité (par exemple, policier). De plus, les bus en commun et les taxis disposent tous d’une rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite. »
  • Simon et Jean-Simon : « Ça favoriserait également les échanges économiques. »
  • Simon : « À Copenhague, il y a plusieurs pistes cyclables. Leur architecture et leurs panneaux solaires devraient être source d’inspiration. »
  • Amina : « Pouvoir sortir de la métropole et de ses environs en transport en commun comme c’est le cas à Vancouver. »

 

En conclusion, j'ai demandé aux participants quelles étaient leurs impressions de cette consultation publique et du projet #Jeunesse375Mtl:

  • Simon : « J’ai bien aimé ça. On devrait en faire à nouveau, pas seulement pour le 375e de Montréal. »
  • Elizabeth : « Je trouve ça intéressant de s’exprimer sur des sujets qui nous touchent.On n’a pas toujours la chance de le faire et de les rapporter à nos dirigeants. »
  • Khadidja : « J’aime qu’on puisse tenir ces discussions, mais je serais intéressée à avoir un suivi afin de savoir si nos recommandations et celles d’autres groupes ont été entendues et quelles mesures seront adoptées. »

À mon sens, cette première consultation fut fructueuse. Il y a eu de très bons échanges et des réflexions intéressantes en ont ressorties. Je serai en mesure d’apporter des recommandations pour le plan stratégique jeunesse.

J’en profite pour remercier Khadidja, ma preneuse de notes, et Fréderic qui ont été d'une aide très précieuse lors de cette consultation.

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs