Retour au blogue

Des consultations avec des groupes de personnes considérés "en marge de la société"

Des consultations avec des groupes de personnes considérés "en marge de la société"

Pour commencer, j'ai décidé de rencontrer des groupes de personnes considérés "en marge de la société". Étant moi même une minorité visible, je sais ce que vivent ces personnes aux quotidien, et leurs opinions m'est très chère. Donc voilà un petit topo de mes consultations jusqu'à présent.

J'ai rencontré des jeunes des programmes de formation et d’insertion du Groupe Part qui permettent aux élèves et aux travailleurs en formation admis de s’enrichir autant sur le plan personnel que professionnel. Ce sont des personnes aux prises avec des difficultés de santé mentale. Adaptés aux difficultés que vivent ces personnes, les programmes sont pour les participants l’occasion de terminer leurs études secondaires ou d’apprendre le métier d’aide-cuisinier.

Par après, j'ai rencontré des jeunes autochtones au bureau de Native Montréal lors du conseils jeunesses (je tiens à préciser que seulement des femmes autochtones étaient présentes) et des jeunes inuits de l'organisation Inujunga (une organisation qui réunit les jeunes inuits de Montréal pour développer leurs talents et aspirations pour l'avenir).

Jusqu'à maintenant, ce qui ressort le plus de mes consultations, c'est l'intimidation. Ils aimeraient qu'il y aille plus de choses en place contre l'intimidation.

Dans une optique plus révolutionnaire, nous imaginerions de la publicité vivante de jeunes qui parlent d'intimidation dans les rues. Par exemple du théâtre forum ou bien des vidéos dans des endroits stratégiques, le métro par exemple. Mettre de l'avant des jeunes vivant de l'intimidation pour que les gens réalisent que ça détruit des vies. Déconstruire les "normes" sociales. Un bon début serait d'encourager et de dénoncer des publicités oppressantes. Par publicité oppressante je donne comme exemple ce que doit faire une femme pour être "belle" : se raser, s'épiler, se maquiller, porter des vêtements de marque... C'est complètement dénaturaliser l'humain de sa nature ! Alors, c'est 100% normal que les jeunes ne se sentent pas bien avec eux même de nos jours ! C'est un sentiment d'autant plus fort pour des minorités visibles qui déjà se font mettre de côté pour leurs différences. Je crois vraiment que c'est une urgence de redonner la confiance aux jeunes, de stopper les habitudes oppressantes, de se lever et les dénoncer.

 

Le blogue des ambassadrices et ambassadeurs